Pierres fines et précieuses du monde

La dinde marron - Origines

Polar déconnant cherche éditeur

Ségolène RoyalSégolène Royal, pour l'état civil Marie Ségolène Royal, née le 22 septembre 1953 à Ouakam, près de Dakar (Sénégal, alors partie de l'Afrique-Occidentale française).
Ségolène Royal est issue d'une famille de militaires : son père, Jacques Royal (1920–1981), lieutenant-colonel d'artillerie de marine, est le fils du général de brigade Florian Royal. À la fin des années 1940, il épouse Hélène Dehaye et le couple a huit enfants en neuf ans : Marie-Odette, Marie-Nicole, Gérard, Marie-Ségolène, Antoine, Paul, Henry et Sigisbert.
Un cousin de Ségolène, le général Benoît Royal, après avoir été à la tête de la communication de l'armée de terre est sous-directeur chargé du recrutement à la Direction des ressources humaines de l'armée de terre et est l'auteur d'un livre sur l'Éthique du soldat français en 2008. Une cousine, Anne-Christine Royal, est membre du comité central du Front national.
De 1960 à 1963, la famille habite en Martinique, en raison d'une nouvelle affectation de son père. Elle est alors élève du pensionnat Saint-Joseph de Cluny à Fort-de-France. À son retour en métropole, en 1963, la famille Royal s'installe dans le village de Chamagne, près d'Épinal, dont elle est originaire. Réputée élève studieuse, Marie Ségolène souhaite, selon la revue L'Étudiant échapper grâce à l'école au « rôle d'épouse modèle vouée aux tâches ménagères » auquel on la destine.
La famille connaît alors une crise grave. Hélène Dehaye, ne supportant plus l'autorité de son mari sur elle et ses enfants, menace un jour de partir. Espérant l'effrayer, son mari lui envoie un huissier porteur d'une demande de divorce. Se sentant humiliée, elle quitte le domicile familial, avec l'assentiment de ses enfants qui rompent tout contact avec leur père ; Ségolène Royal dira de celui-ci : « Mon père m'a toujours fait sentir que nous étions, mes sœurs et moi, des êtres inférieurs ». Pour survivre, sa mère effectue des ménages, avant de recevoir un héritage de ses parents.
En 1968, après avoir effectué son premier cycle secondaire à Charmes (Vosges), Ségolène devient élève du lycée privé Saint-Joseph d'Épinal, où elle obtient le baccalauréat B (sciences économiques) en 1971. Pendant l'été 1971, elle est jeune fille au pair à Dublin (Irlande).
Elle fait des études supérieures à l'université Nancy II (droit et sciences économiques). Selon une information qu'elle a démentie, ayant découvert le droit, elle aurait, en 1972, assigné son père en justice parce qu'il refusait (ou aurait refusé) de verser une pension alimentaire à son épouse et de financer les études de ses enfants. Elle aurait obtenu gain de cause au bout de plusieurs années. Ségolène Royal a qualifié cette information de « légende » dans l'émission Face aux Français…
Elle obtient une licence de sciences économiques à Nancy, puis entre à l'Institut d'études politiques de Paris (« Sciences Po »), dont elle sort diplômée en 1978. Après une première tentative infructueuse, elle intègre l'École nationale d'administration. Pendant sa scolarité, elle fait un stage en Martinique. Elle en sort en 1980, 95e de sa promotion, où se trouvent aussi François Hollande, Dominique de Villepin, Renaud Donnedieu de Vabres, Henri de Castries, Michel Sapin, Frédérique Bredin, Jean-Marie Cambacérès, Pierre Mongin.
Elle choisit un poste de juge au tribunal administratif de Paris. En 1994, par le jeu des équivalences de diplôme, elle deviendra avocate au barreau de Paris tout en siégeant à l'Assemblée nationale et au conseil général des Deux-Sèvres, et entrera au cabinet Teitgen.
Fin 1978, elle rencontre François Hollande à l'ENA. Vivant en concubinage, ils ont quatre enfants : Thomas (1984), avocat, qui s'est occupé du site Segosphere.net et de la campagne sur le web de sa mère en 2007 puis de son père en 2012, Clémence (1985), interne en médecine, Julien (1987), cinéaste, Flora (1992), étudiante en psychologie.
Par la suite, Ségolène Royal dément une rumeur selon laquelle elle et François Hollande auraient conclu un Pacte civil de solidarité (PACS)22. En juin 2006, elle évoque devant la presse un possible mariage, mais, en 2007, le couple se sépare : la séparation est annoncée officiellement le soir du 17 juin 2007, jour du second tour des élections législatives françaises de 2007.

Graines de bitume, enfants de la rue, Tananarive ******* Mokana, orphelinat à Fianarantsoa